RDVM janvier 2018

Pérégrinations musicales :

Bonnes vibrations

 

Les rendez-vous musicaux : janvier 2018

 

 

Man made object / Gogo Penguin.

Cote: 1 GOG.

Gogo Penguin est un trio de jeunes musiciens issus de la scène jazz de Manchester : Chis Illingworth au piano, Nick Blacka à la contrebasse et Rob Turner à la batterie. Man made object est leur troisième album, désormais édité par Blue Note. Acoustique, minimaliste et hypnotique, leur musique est habitée par les rythmes electros typiques de la jungle et de la drum’n’bass, parée de délicates mélodies entêtantes de piano. Réjouissantes, enlevées, solaires et « atmosphériques », leurs compositions évoquent autant Brian Eno ou John Cage que Massive Attack, Aphex Twin ou Amon Tobin. Loin du trio jazz traditionnel, le groove et l’identité sonore du groupe est puissant et accessible à tous, mariage très réussi du trip-hop et de l’improvisation jazz.

 

 

 

Mogoya / Oumou Sangaré.

Cote: 017.2 SAN.

Huit ans après Seya, l’immense chanteuse malienne Oumou Sangaré revient avec Magoya – traduire « les relations humaines aujourd’hui ». Chanteuse emblématique à la renommée internationale avant tout mais également entrepreneuse à succès, Oumou Sangaré est une femme d’exception. Modèle de réussite pour de nombreuses femmes dans une Afrique patriarcale, sa volonté, son militantisme féministe et son franc-parler lui valent l’admiration autant que la critique. Fidèle à elle-même, dans Mogoya elle dénonce autant qu’elle honore les comportements et traditions de son pays. Entourée d’une équipe de musiciens talentueux, tant européens - le trio français de l’ombre A.L.B.E.R.T. - qu’africains – le légendaire Tony Allen, batteur de Fela, l’incontournable Etienne M’Bappé à la basse ou le prometteur jeune guitariste Guimba Kouyate – Oumou Sangare prouve encore une fois qu’elle est une reine lionne solaire à la générosité débordante, à l’enthousiasme contagieux et au talent insolent.

 

 

Awaken my love / Childish Gambino.

Cote: 180 CHI.

Childish Gambino, Donald Glover de son vrai nom, est un jeune artiste américain menant de front avec un succès égal les carrières d’acteur, de chanteur et de producteur. Awaken my love est son troisième album, avec une très forte influence P-Funk psychédélique seventies pour celui-ci. Positif, chaleureux, groovy en diable et réjouissant de bout en bout, il ramène au XXIème siècle une esthétique musicale qui a fait date, comme un hommage assumé à une ère révolue et fantasmée, le grain de folie en moins. L’influence des pères du genre, George Clinton, Bootsy Collins et Prince dans une certaine mesure  est évidente, parfois à la limite du plagiat. Mais l’efficacité et le plaisir musical se dégageant de l’ensemble fait plaisir à entendre. Alors ne boudons pas notre plaisir, puisque après tout George Clinton lui-même se réjouit de cet album !

 

Do Hollywood / The Lemon Twigs.

Cote: 2 LEM.

The Lemon Twigs, c’est deux très jeunes frères, Brian et Michael D’Addario. Do Hollywood est leur premier album et c’est un coup de maître ! Ayant débuté la musique en primaire et maitrisant fort bien le chant et la plupart des instruments, ces kids new-yorkais ont composé de belles chansons pop efficaces, légères, réjouissantes et accrocheuses, dignes des meilleurs artistes des années 60 et 70. A leur écoute, on pense aux Beatles et aux Beach Boys, pour les harmonies vocales, mais aussi à Queen, Elton John, à Bowie, aux Who ou aux Kinks. Le tout joyeusement assimilé dans un syncrétisme pop du meilleur aloi, avec un grain de folie et un humour à la Zappa, histoire de ne pas se prendre trop au sérieux. Fort de leur expérience et de leur savoir-faire, The Lemon Twigs ont une identité forte et ne sont pas un ersatz des artistes susnommés. Puisse leur talent leur amener la reconnaissance qu’ils méritent !

 Denis D.


À consulter également


Malvoyant
Thème par défaut

Liens utiles

Mairie de Labège

Maison Salvan

Haute Garonne  (Ressources Numériques MD31)