RDVM JANVIER 2017

Pérégrinations musicales :

trouver la voix

Les rendez-vous musicaux : janvier 2017

 

 

 

In the now / Barry Gibb

Cote: 2 GIB.

Barry Gibb, ultime survivant des Bee Gees, revient aux feux de la rampe, sous son nom, avec In The Now, 32 ans après son premier album solo de 1984. Second compositeur « pop » en terme de popularité après la paire Lennon / McCartney, Barry Gibb a toujours cette patte bien à lui et ce savoir-faire unique d’excellentes chansons pop aux arrangements ciselés et subtils, ainsi que cette voix d’exception qui a fait son succès. Co-composés avec ses fils Stephen et Ashley, In The Now est un de ces albums friandise coupable, un peu kitsch mais hors du temps, qui se savoure et se redécouvre à chaque écoute. Soyons coupables et apprécions sans fard !

 

Below the belt / James Leg.

Cote: 230 LEG.

Le « révérend » James Leg, fils d’un pasteur texan, prêche depuis les claviers de ses orgues électriques un boogie blues rock’n’roll âpre, brut, sincère et sans concession. Littéralement habité, l’homme à la voix rocailleuse assure autant le mur du son que des ballades touchantes, sur le fil, sublimées par un rare sens du groove au piano. Tout rugueux et brut de décoffrage qu’il est, James Leg, par son honnêteté artistique, est immédiatement attachant et franchement réjouissant, un remède radical à la morosité. Trés recommandé !

 

 

Take me to the alley / Gregory Porter.

Cote: 1 POR.

Avec Take me to the alley, son quatrième album, Gregory Porter confirme son statut de chanteur de jazz incontournable de notre époque. Assurée, posée, ample et vibrante, sa voix de baryton embarque immédiatement vers de sensuels horizons, à la croisée de la soul et du jazz, évoquant Marvin Gaye autant que Nat King Cole dans des ballades hors du temps. Soulignons également le talent de son fidèle groupe, qui l’accompagne depuis le début, des musiciens brillants qui assurent sans égo mal placé leur rôle d’accompagnateurs, mettant en valeur leur leader mais capables d’exceller ex-aequo quand l’occasion leur en est donné. Un album réussi et apaisant.

 

 

 

Lady in gold / Blues Pills.

Cote: 2 BLU 40.

Blues Pills est une formation Americano-Franco-Suédoise qui distille un blues rock soul psyché intense, digne de leurs illustres ainés des seventies. Loin d’une copie carbone passéiste, ce jeune groupe mêle ces influences avec un plaisir, une sincérité, une maitrise et un talent réjouissant qui fait de ce très attendu second album une réussite complète. La voix exceptionnelle de la chanteuse suédoise Elin Larsson, ample, chaleureuse et puissante, évoque autant Janis Joplin qu’Aretha Franklin et fait vibrer tout un chacun à la première écoute. Elle participe grandement à l’identité du groupe, avec également Dorian Sorriaux, impressionnant jeune guitariste breton qui a lui aussi largement contribué à leur attirer les feux des projecteurs. Ne passez pas à coté : ils sont vrais !

 

Denis D.

Malvoyant
Thème par défaut

Liens utiles

Mairie de Labège

Maison Salvan

Haute Garonne  (Ressources Numériques MD31)