RDVM janvier 2016

Pérégrinations musicales :

artistes féminines singulières

Les rendez-vous musicaux : janvier 2016

 

 

Blue room / Ana & Milton Popovic

Cote: 230 POP.

Ana Popovic est une surprenante blueswoman serbe au talent vocal et guitaristique depuis longtemps reconnu hors de ses frontières natales. Elle nous livre ici son album hommage à – et avec – celui qui l’a initié à la musique, son père, le guitariste et chanteur « amateur » Milton Popovic. Constitué des reprises diverses (blues, rock) sur lesquelles elle a, toute jeune, fait ses premières armes sous la houlette de Milton, cet album familial est touchant, varié et plaisant. Les deux plus que complices, fort de leurs expériences, se réapproprient ces chansons, de Lennon à John Lee Hooker, avec un plaisir évident et réjouissant. Rien de révolutionnaire, certes, mais un bon moment de musique familial.

 

Myriad road / Natacha Atlas.

Cote: 022.2 ATL.

Natacha Atlas, la chanteuse orientale caméléon, revient pleinement épanouie avec Myriad road, album co-composé avec le trompettiste Ibrahim Maalouf. L’ouverture d’esprit et le goût du métissage caractérisent les deux artistes qui se sont à l’évidence fort bien trouvé. Maalouf emmène naturellement Natacha Atlas vers le jazz, son domaine de prédilection à lui, mais leurs racines respectives, libanaise et égyptienne, épicent idéalement les compositions de saveurs orientales du meilleur goût. S’exprimant en anglais comme en arabe, la belle voix de cette reine est sublimée dans cet écrin velouté, entourée qu’elle est de la crème des jazzmen français, le batteur André Ceccarelli en tête, ainsi que d’invités loin d’être en reste. Une réussite incontestable.

 

Lisa Gerrard / Lisa Gerrard.

Cote: 2 GER.

Co-fondatrice et compositrice de l’inclassable groupe Dead Can Dance avec Brendan Perry, Lisa Gerrard compte parmi les plus belles voix de ces dernières décennies. Contralto à la voix éthérée, nourrie d’influences multiples, du grégorien à la musique perse et grecque en passant par l’avant-garde contemporaine, elle a su créer un univers musical intemporel, singulier et saisissant où le temps se fige et la beauté se cristallise. En solo, sa carrière l’a également menée vers la musique de film, récompensée par un golden globe en 2000 pour Gladiator (composé à quatre mains avec Hans Zimmer). Cette compilation équilibrée permet de (re)découvrir toutes les facettes de cette fascinante artiste.

 

 

Be sensational / Jeanne Added.

Cote: 2 ADD.

Jeanne Added est une jeune musicienne française fascinante qui fait très fort avec ce premier album, chanté en anglais, le bien nommé Be sensational. De formation classique, elle avait précédemment été remarquée dans de nombreuses collaborations, notamment en jazz ou world music. Lassée du « standard », elle aspirait à s’exprimer pleinement et autrement, hors des sentiers battus, se transformant alors de vocaliste douée et policée à chanteuse à fleur de peau, expressive et singulière. Les mélodies de ses compositions, simples, évidentes et dépouillées, sont accrocheuses mais jamais « faciles ». Elles reposent sur des beats et accompagnements mi- organiques, mi- électroniques parfaitement dosés, assistée en cela par son producteur / musicien Dan Levy de The Do, son seul collaborateur pour cet effort. Bien que très intime, ce surprenant album reste accessible et parle au cœur comme au corps. Bien que son univers soit assez sombre, il n’est pas désespéré et reste empreint de fulgurances lumineuses pleines de vie. Une grande artiste s’est révélée ici ; puisse-t-elle longtemps nous enchanter de la sorte.

 

 

Pour une âme souveraine : a dedication to Nina Simone / Meshell Ndegeocello

Cote: 2 NDE.

Chanteuse bassiste productrice inclassable, naviguant depuis 20 ans entre funk, soul, electro dub et jazz expérimental, se renouvelant à chaque album, Meshell est assurément atypique mais ô combien séduisante. Elle rend ici hommage à Nina Simone, se réappropriant librement et sans fard les chansons de la grande dame du jazz  avec un respect et un talent évident. Meshell refaçonne ces joyaux de sa « patte », avec son groove caractéristique et sa voix troublante, sans les dénaturer, les sublimant à son tour, aidée en cela par son groupe de collaborateurs fidèles et quelques invités (Cody Chestnutt, Lizz Wright, Sinead O’Connor…). Paisible et profond, cet album est beau, riche, empreint de liberté et se déguste sans fin. Un hommage d’une grande dame à une autre. Respect.

 

Denis D.

Malvoyant
Thème par défaut

Liens utiles

Mairie de Labège

Maison Salvan

Haute Garonne  (Ressources Numériques MD31)