RDVM mars 2015

Les rendez-vous musicaux : mars 2015

Pérégrinations musicales

 

Black cat bone / Lee Rocker.

Cote: 2 ROC 10.

L’ancien contrebassiste des Stray Cats continue de pratiquer un rockabilly sans concession, inspiré du rock’n’roll des années 50 des pionniers du genre (Elvis Presley, Gene Vincent, Bill Haley…). Guitares incisives, contrebasse slappée et batterie minimaliste, tous les ingrédients du rockabilly sont là, Lee Rocker nous offrant le plaisir de chanter excellemment bien sur des compositions accrocheuses. Un voyage dans le temps efficace !

 

Riding strange horses / Dub Spencer & Trance Hill ; Ken Boothe ; William White ; Lee Scratch Perry ; William S. Burroughs.

Cote: 297 DUB.

Ces Suisses là font du dub et ils le font bien! Sur ce troisième album, ils reprennent à la sauce dub des grands classiques du rock (Clash, Metallica, Genesis…), apportant à ces standards populaires cette approche jamaïcaine spécifique, à base de basse au son énorme, d’écho et autres effets sonores impromptus. Rafraichissant.

 

Stand! / Sly and the Family Stone.

Cote: 180 SLY.

Reconnu comme un des pères du Funk au côté de James Brown et de George Clinton, Sylvester « Sly » Stewart signe avec Stand ! un des albums majeur du genre, en 1969. Engagé socialement, à la tête de son groupe aux influences multiples, mixte et multi racial – une première en ce temps, du moins sur scène - il ouvre la voie aux métissages musicaux et influence jusqu’aux plus grands musiciens, Miles Davis en tête. Incontournable !

 

Majaz / Le Trio Joubran.

Cote: 024.2 TRI.

Les trois frères Joubran sont les héritiers d’une famille palestinienne de joueurs de oud sur quatre générations. Responsoriale et empreinte de tradition, leur musique instrumentale, ponctuée de longues improvisations, invite au voyage et à la rêverie.

 

The Raven that refused to sing / Steven Wilson.

Cote: 2 WIL 40.

Leader de Porcupine Tree, le prolifique guitariste chanteur anglais Steven Wilson est considéré à juste titre comme le nouveau fer de lance du rock progressif, digne héritier des King Crimson, Genesis, Yes ou Pink Floyd, pour n’en citer que quelques-uns. Loin de se complaire dans une redite passéiste, il renouvelle le genre et l’ancre dans son époque, avec d’accrocheuses longues compositions à tiroirs aux envolées épiques, flamboyantes mais toujours musicales ; la virtuosité des musiciens est ici évidente. Impressionnant !

 

Great expectation / The Jolly Boys ; Albert Minott.

Cote: 297 JOL.

Ces grand pères jamaïcains ont 60 ans de carrière au compteur et pratiquent toujours le mento, la musique de bal de la Jamaïque des années 50, ancêtre du reggae. Sur cet album, ils adaptent à la sauce mento des grands standards du rock (The Doors, Rolling Stones, Amy Winehouse…) qui prennent une toute autre saveur en version acoustique insulaire décontractée. Solaire, réjouissant et relaxant !

 

Give the people what they want  / Sharon Jones ;  The Dap-Kings.

Cote: 180 JON.

Chanteuse de Soul à la voix chaude et puissante, Sharon Jones réussit depuis 2002 une seconde carrière, accompagnée par les Dap-Kings, l’orchestre maison du label New-Yorkais Daptone records – si talentueux qu’Amy Winehouse le lui avait « emprunté » en 2006 pour l’album et la tournée « Back to Black »… Pratiquant une Soul à l’ancienne, comme dans les années 60, Sharon Jones & The Dap-Kings est une formation redoutable aux arrangements ciselés, reconnu partout et par tous, public comme professionnels.

 

Denis D.


À consulter également


Malvoyant
Thème par défaut

Liens utiles

Mairie de Labège

Maison Salvan

Haute Garonne  (Ressources Numériques MD31)